Imitez la cuisine traditionnelle dans votre crusine

Lasagne crueIl y a de ces jours dans le parcours de l'amateur d'alimentation vivante, où l'envie d'un mets-réconfort (cuit) est pratiquement irrésistible. Ah! La bouffe réconfort, ces p'tits plats qu'on aime tant et auxquels se rattachent tellement de bons souvenirs... La lasagne de maman. Le pâté chinois de tante Marie. Le traditionnel burger-frites. Un décadent gâteau au chocolat. Comment faire pour satisfaire cette envie, sans dévier de ses objectifs-santé? Une possibilité, si nous tenons à manger cru le plus possible, consiste à tenter l'expérience d'imiter notre plat de prédilection.

Pour recréer un plat cuit en cru, il faut penser à trois importants facteurs: la saveur, la texture et l'apparence. Pour vraiment satisfaire notre envie de bouffe-réconfort, notre invention crulinaire devrait, autant que faire se peut, imiter tant l'apparence, que la texture, que le goût dudit mets cuit qu'on tente d'imiter. Aujourd'hui, je me concentrerai sur comment recréer les textures et les saveurs des plats cuisinés.

Un bel exemple de cet exercice est la magnifique lasagne photographiée ci-dessus. C'est une imitation de lasagne cuite (vous l'aviez deviné!). Un de mes chefs crulinaires préférés, Russell James, en est l'auteur. C'est un plaisir à assembler (aucun fromage collé à la casserole à tremper, frotter, retremper...), un plaisir à regarder (qui oserait contredire ça!), et un plaisir à manger (il vous faudra essayer pour le savoir!). 

Cannelonis crusCommencez votre expérimentation en pensant à un plat végétarien/végétalien. Les plats contenant de la viande en grandes quantités sont plus difficiles à reproduire. Il vous faudra un peu d'expérience. Faites vos dents sur des plats à base de végétaux et ensuite, lancez-vous vers tout ce que votre coeur vous dictera.

Quelques astuces

Le sel ramollit les légumes et les verdures (légumes-feuilles), en forçant la libération des liquides. Ces liquides dilueraient une éventuelle sauce, la rendant aqueuse et insipide.

Les agrumes (citrons, limes, pamplemousses et autres) ainsi que d'autres aliments acides (tamarin) peuvent servir de marinade pour ajouter de la saveur à notre plat.

On peut faire un « massage » aux légumes-feuilles les plus coriaces pour les attendrir, donnant une allure et texture de cuisson à ces derniers.

Certaines saveurs très prononcées, comme celle de l'ail, des oignons, piments forts et autres, doivent être utilisées avec parcimonie quand les ingrédients sont crus. Leur équivalent déshydraté s'incorpore souvent bien aux saveurs du plat sans les submerger.

La fermentation (comme celle du chou) ramollit les légumes coriaces et difficiles à digérer.

Les probiotiques (sans produits laitiers) peuvent être utilisés pour produire des fromages de noix/graines délicieux.

Quelques techniques

Pâtes olives - basilicOn déshydrate parfois les plats crus pour leur donner une allure de cuit. Le processus ramollit les ingrédients et permet un mélange des saveurs. Déshydrater peut soit donner du croquant à certaines préparations (comme les craquelins ou pains plats), ou ramollir (comme dans le cas d'une lasagne). En déshydratant, une partie (ou la totalité) du liquide s'évapore, octroyant une dimension plus consistante, rassasiante à cette nourriture. Évidemment, on réchauffe les ingrédients en les déshydratant, fait non négligeable et fort apprécié lorsqu'on vit sous des latitudes plus nordiques.

Un robot culinaire peut être très utile pour approximer des textures de plats cuisinés, comme celles de pains, de croûtes à tartes, de soupes, ou de purées.

Un « spiraliseur », instrument servant à couper de longues juliennes dans des légumes, aide à la confection de « pâtes alimentaires » colorées, nutritives et satisfaisantes.

Un bon mélangeur permet la préparation de toutes les sauces, purées, soupes et autres recettes crémeuses que vous pouvez imaginer.

Un extracteur à jus est indispensable à la création de jus nutritifs, délicieux et, pourquoi pas, fantaisistes. Certains modèles permettent aussi la confection de crème glacée et de beurre de noix.

Avec ces quelques astuces en tête, vous pourrez tenter de reproduire les mets cuisinés auxquels vous êtes habitué. Et plus vous gagnerez en expérience, plus vous aurez de succès. Plus vous aurez de succès, plus vous aurez de convives à table, je vous avertis... Le prix à payer pour votre talent crulinaire!

Crédit photographique: Lasagne de Russell James; Pâtes olives - basilic de Carmella