Quelle est la taille de votre empreinte?

empreintes Chaque geste que nous posons en ce monde laisse une empreinte, des traces. Chaque action a ses conséquences, nous le savons tous. D'où l'intérêt de nous poser la question: « Quelle est la taille de mon empreinte sur la Terre? » Je parle plus particulièrement ici de l'empreinte écologique de nos choix en matière d'alimentation. Le principe s'avère valide pour tout autre domaine de la vie: vêtement, travail, loisir... Mais débutons la réflexion avec nos choix alimentaires.

Vous serez peut-être étonné d'apprendre que l'empreinte écologique des choix alimentaires de la vaste majorité des personnes est plus grosse que celle laissée par leurs voitures*. Incroyable, oui, mais tristement vrai. Nul besoin de dramatiser pour autant: cette statistique est réjouissante, en elle-même, puisqu'elle nous offre la possibilité d'affecter de façon significative notre « poids environnemental ». Il n'en tient qu'à nous, individuellement d'abord et collectivement ensuite, d'exercer de meilleurs choix en ce qui concerne notre alimentation. En ne modifiant que cet aspect, nous aurons allégé remarquablement notre empreinte écologique sur la planète. Imaginez que tout le monde s'y mette. Wow! Quel magnifique résultat nous obtiendrions en peu de temps!

Voici quelques pratiques à adopter, dès aujourd'hui qui affecteront positivement votre empreinte écologique. Vous verrez, il n'y a rien de vraiment sorcier, ni de compliqué, dans ces pratiques, mais oh! combien puissantes elles sont!

1) Éviter le surcroît d'emballage

On le répète depuis longtemps mais on dirait que ça ne rentre pas. Toute l'énergie utilisée à produire le bel emballage cartonné et plastifié multicolore sera rapidement jetée et ne trouvera jamais plus d'utilisation. Même recyclés, ces emballages consomment de l'énergie. Si nous achetons les aliments en vrac et utilisons nos propres contenants réutilisables (pas des sacs en plastique qui finiront à la poubelle), nous réduisons considérablement notre empreinte écologique.

2) Acheter des produits végétaux et non animaux

Les produits de sources animales (chair animal, poissons, volailles, oeufs, produits laitiers, etc.) consomment de vastes trésors de ressources pour leur production. L'énergie solaire est convertie en nourriture par la plante qui elle nourrit l'animal. Seule une toute petite partie de cette énergie est transférée à celui qui consomme l'animal (ou un de ses dérivés). Si on enlève l'animal, on enlève un intermédiaire dans la chaîne alimentaire. Moins de gaspillage et donc, une plus petite empreinte écologique. Et on ne parle pas des émissions considérables de gaz à effet de serre qui diminueraient sensiblement si on élevait moins d'animaux pour la consommation de leur chair et produits dérivés.

3) Acheter les aliments plus près de leur état naturel

Éliminer les aliments raffinés (sucre blanc, farine blanche...) qui requièrent beaucoup d'énergie à produire et perdent une large mesure de leurs qualités nutritives dans le processus. Les processus de stérilisation, dont la pasteurisation, consomment aussi beaucoup d'énergie et donc, laisse une grande empreinte, écologiquement parlant.

4) Acheter des produits locaux

Une large mesure de l'empreinte écologique de nos choix résulte des immenses distances qu'ils traversent avant d'arriver dans nos magasins. Le transport consomme beaucoup de carburant. Si on réduit cette distance, on réduit forcément l'empreinte.

5) Faire pousser nos végétaux

Cultiver un potager, quelques arbres fruitiers ou arbustes à petits fruits, minimise la distance entre un aliment et notre assiette. On ne peut tout produire soi-même, selon le climat, mais ce qu'il est possible de faire pousser allége significativement notre empreinte écologique. Si vous ne disposez pas d'un lopin de terre bien à vous, pensez au potager communautaire de votre municipalité. Sans compter l'ultime en culture locale: les graines germées et jeunes pousses. C'est une fantastique façon de faire pousser des aliments hyper-nourrissants, à même le comptoir de votre cuisine. On ne fait pas plus local que ça! Et les produire soi-même est vraiment facile, rapide et économique, en plus. 

Alors, comme vous le constatez, il n'y a rien de sorcier, ni même de difficile, dans ces quelques pratiques. Celles-ci sont faciles à adopter et sont tellement importantes pour le bien-être de notre planète et de ses habitants (dont nous faisons partie!). Si nous désirons véritablement être écolos et minimiser les traces de notre passage sur la planète, il nous faut prêter une attention toute particulière à l'empreinte écologique de nos choix, en alimentation comme dans tout le reste.

Bises écolos,



----

* Source: Cardiff's Ecological Footprint Study