Fin de la conjecture: voici les faits

Trouvez les faitsSaviez-vous qu'il existe des tests sécuritaires qui peuvent vous permettre d'établir clairement les résultats de vos choix alimentaires sur le fonctionnement de votre corps? Des tests souvent sous-utilisés qui vous aident à établir, faits irréfutables à l'appui, quelle alimentation et quel style de vie sont optimaux pour vous?

Je suis [un tantinet!] excitée de pouvoir partager cette information avec vous. Nous parlons ici du meilleur de la connaissance en nutrition! Et, à voir combien de personnes s'interrogent au sujet de l'approche optimale en alimentation vivante, je dirais que ce qui suit arrive à point nommé. En plein coeur du débat à savoir qu'est-ce qui est le mieux comme approche, je vous offre la meilleure méthode pour vérifier si votre alimentation actuelle est bien celle qui vous convient, ou s'il n'y aurait pas lieu d'y apporter quelques ajustements.

Les tests dit « fonctionnels » nous permettent d'obtenir de l'information sur notre état de santé avant qu'une maladie ne se manifeste. Ces tests nous permettent aussi d'établir si nous souffrons de carences ou de déséquilibres au point de vue nutritionnel.

La plupart des gens attendent d'être visiblement malades avant de penser à ces tests fonctionnels. C'est dommage! Contrairement aux produits pharmacologiques, personne ne parle de tests fonctionnels. Donc, ce n'est pas tout le monde qui en connaît l'existence ou l'utilité.

[Avant de continuer, j'aimerais mettre une chose au clair: certains des tests dont je parle ici sont gratuits, et pour d'autres, il vous faudra payer. Lesquels sont gratuits et lesquels sont payants? La réponse est difficile à donner: tout dépend où vous vivez, si vous avez des assurances médicales personnelles ou professionnelles, qui fait le test et même parfois, de votre état de santé. Demandez à votre professionnel de la santé: il saura vous renseigner plus exactement sur l'éventualité et la nature des frais.]

Il existe tout un éventail de tests qui peuvent nous donner une rétroaction objective [Comment peut-on nier un chiffre écrit noir sur blanc?] sur notre alimentation et notre style de vie en général. Ils nous permettent de savoir véritablement si notre organisme est équilibré du point de vue biochimique. Cette froide réalité a l'indéniable pouvoir de motiver profondément et durablement les gens à apporter les changements nécessaires à leur alimentation et/ou à leur style de vie.

Par contre, il ne faut pas prendre ces tests comme autant de « coups de pieds au popotin », utiles que pour nous remettre sur « le droit chemin ». Ils peuvent aussi servir à confirmer qu'un déséquilibre a été corrigé, qu'un parasite nous a enfin quitté, ou encore, que notre style de vie et notre alimentation sont véritablement optimaux.

Médecine préventive

Je n'ai certainement pas à vous convaincre de l'utilité de la médecine préventive, ni à vous rappeler que la médecine conventionnelle moderne, avec son impressionnant arsenal de chirurgies et de médicaments (utiles en situation de crise aigüe), fait présentement face à de nombreux défis. Se concentrant sur les symptômes, son regard n'est pas vers la prévention.

La médecine conventionnelle traite le symptôme plutôt que de promouvoir la santé. Elle est réductionniste plutôt qu'holistique. D'où son arsenal d'anti-médecine: antibiotiques, anti-inflammatoires, antidépresseurs... L'alimentation et les facteurs environnementaux (pollution, stress électromagnétique, problèmes émotionnels, déséquilibres psychologiques...) tombent le plus souvent sous l'égide de la médecine « alternative ». D'où la nécessité pour un modèle de médecine plus holistique: la médecine fonctionnelle.

La médecine fonctionnelle considère que des déséquilibres physiologiques se produisent bien avant qu'une maladie puisse être diagnostiquée. Un autre principe-clé de cette approche [que j'affectionne particulièrement], est qu'il existe une différence entre « absence de maladie » et « santé optimale ».

La médecine conventionnelle n'offre de tests que pour détecter les états maladifs. Une intervention bien tardive, qui laisse bien peu d'espace pour la santé et la longévité optimales, et encore moins pour le bien-être global.

Pourquoi moi?

Une maladie chronique n'apparaît pas du jour au lendemain. Elle est le résultat de déséquilibres, plus subtils, qui s'accumulent et s'amplifient jusqu'à la manifestation perceptible d'un état maladif.

Par exemple, en médecine fonctionnelle, si le praticien vous donne un diagnostic de glycémie élevée, vous avez encore l'opportunité de rectifier la situation et de retrouver votre santé. Vous n'êtes pas « malade » au plein sens du terme, mais souffrez plutôt d'un déséquilibre. Si un médecin conventionnel vous dit que votre glycémie est élevée, il vous prescrira aussitôt un médicament et vous assigne une étiquette: vous êtes désormais diabétique. Le travail à consentir pour retrouver la santé est beaucoup plus grand dans ce cas-ci.

Des changements biochimiques subtils à nos processus physiologiques normaux peuvent être perçus bien avant qu'un état maladif ne se manifeste. C'est ce que les tests fonctionnels nous permettent de faire, nous offrant ainsi l'opportunité de prévenir les maladies chroniques.

Comme vous en avez peut-être, tristement, fait l'expérience, certains déséquilibres biochimiques sont accompagnés de symptômes physiologiques fort désagréables ou, à tout le moins, irritants. Nous sommes actuellement aux prises avec une véritable « crise de la santé »: les cas de cancers, diabète, obésité et de vieillissement prématuré augmentent à un rythme jamais vu. Pour la première fois dans l'histoire humaine, nos enfants risquent de décéder avant nous: quelle perspective éprouvante!

Il n'est donc pas surprenant qu'une véritable épidémie de personnes sont présentement dans les stades préliminaires à une maladie chronique quelconque. Ces personnes ne sont pas dans les hôpitaux, mais elles souffrent. Elles souffrent de symptômes douloureux qui, souvent, sont balayés du revers de la main par la médecine conventionnelle et considérés comme « normaux », surtout à un « certain âge ».

Et donc, si vous souffrez d'un des symptômes suivants (et bien d'autres), les tests fonctionnels peuvent vous être d'un grand secours: anxiété, colon irritable, douleurs articulaires et/ou musculaires, faim incessante, fatigue chronique, fringales, intolérances/allergies alimentaires insomnie, libido défaillante, maux de tête/migraines, manque d'énergie ou énergie instable, mémoire défaillante, nausées, problèmes de concentration, sinusites, troubles digestifs (douleurs stomacales, crampes, ballonnements, reflux gastrique...), troubles de l'humeur, syndrome prémenstruel.

Nous sommes plus que nos résultats médicaux, ça va de soi. Un résultat n'est utile que lorsqu'il est interprété par une personne compétente, qui sait quoi rechercher et quelle signification assigner aux résultats. Il est aussi important de mettre ces résultats dans le contexte de notre santé globale. Une approche véritablement holistique ne tire de conclusion au sujet des déséquilibres relevés au cours des tests qu'en les considérant dans le contexte plus large de toute la personne, et non seulement les chiffres sur papier. Pratiquement, le praticien en médecine fonctionnelle obtient une image complète et exacte en examinant l'histoire médicale et personnelle, la présence d'autres symptômes, l'environnement physique, mental et émotionnel, l'alimentation, ainsi que tout autre facteur pouvant avoir un impact sur l'état de santé de la personne.

Tests fonctionnels de base

Une visite chez votre médecin de famille (médecine conventionnelle) vous permet d'obtenir la série suivante de mesures qui peuvent ensuite être examinées par un praticien de médecine fonctionnelle ou alternative. La façon dont les résultats seront interprétés dépend grandement de qui les interprète: médecine conventionnelle et médecine alternative voient les choses différemment! Ne vous en faites pas si ces deux professionnels de la santé ne vous disent pas la même chose: c'est parfaitement normal.

Ces tests fonctionnels sont un bon point de départ pour établir votre état de santé global. La plupart des médecins conventionnels vous les feront passer si vous le leur demandez. Certains, il faut le dire, refuseront. Il est plus facile d'obtenir ces tests si vous discutez, au préalable, des symptômes et des problèmes dont vous souffrez présentement. Ensuite, demandez tout simplement un bilan complet de santé, incluant les tests fonctionnels ci-dessous. C'est une bonne idée de repasser ces tests régulièrement (annuellement, si vous souffrez d'une maladie diagnostiquée ou d'un état maladif chronique).

Les test fonctionnels de base sont:

  • bilan sanguin complet
  • glycémie
  • électrolytes
  • acide urique
  • niveau de fer sanguin
  • profil lipidique
  • vitesse de sédimentation (des globules rouges)
  • acidémie méthylmalonique (ou niveau sanguin de vitamine B12)
  • pression artérielle
  • fonction hépatique
  • fonction thyroïdienne (thyréostimuline/TSH et T4)

Ces tests aident à identifier les déficiences communes aux personnes ne consommant pas de produits de source animale, des tests appropriés pour nous, amateurs d'alimentation vivante, puisque nous sommes (principalement) végétaliens.

Ce que les tests fonctionnels vous disent

Le bilan sanguin complet mesure la quantité de globules rouges, de globules blancs, d'hémoglobine, de plaquettes et l'hématocrite [proportion de globules rouges par rapport au plasma].

La glycémie mesure la quantité de glucose dans le sang.

Le test d'électrolytes permet de mesurer les niveaux sériques [dans le sang] de sodium, potassium, chlorure et bicarbonate.

Le test d'acide urique permet d'établir le taux de ce composé chimique dans le sang. Ce test aide à dépister les problèmes de calculs rénaux, la goutte, les problèmes articulaires comme l'arthrite et l'inflammation.

Le test du niveau de fer sanguin, mesure le taux de ferritine [molécule qui sert au stockage du fer] dans le sang, et est plus sensible aux déficiences en fer que le test usuel [niveau d'hémoglobine sanguin].

La mesure de la vitesse de sédimentation sert à établir s'il y a de l'inflammation associée avec une infection, un cancer et des maladies auto-immunes.

L'acidémie méthylmalonique est un bon indicateur de vitamine B12. Voir l'article, L'élusive vitamine B12, la section « Niveau optimal de vitamine B12 ». À défaut de pouvoir l'obtenir, une mesure du taux sanguin de vitamine B12 suffit.

La pression artérielle mesure la force exercée par le sang sur les parois artérielles.

Le test de fonction hépatique est en fait une série de mesures de plusieurs composants qui aident à déterminer si le foie fonctionne convenablement.

Même idée pour le test de fonction thyroïdienne: il permet de voir si cette glande fonctionne adéquatement.

Pourquoi tester?

Les tests fonctionnels ci-dessus nous permettent de déceler bien des déficiences et déséquilibres, rapidement et facilement de surcroît, avant que les problèmes ne se manifestent sous forme de maladies. En étudiant les résultats des différents tests simultanément, le praticien réussit à obtenir indirectement des informations qui sont très intéressantes. Comme le niveau d'acidité de l'estomac, par exemple. Vous remarquez qu'aucun test direct n'est fait à ce niveau.

Des protéines et du zinc sont essentiels à la fabrication de l'acide par les cellules pariétales situées dans le revêtement intérieur de l'estomac. Le zinc est un de ces nutriments dont il est plus facile de manquer en tant que végétariens/végétaliens, si nous n'y prêtons pas attention. Cette déficience crée un cercle vicieux parce que même si la personne consomme plus de protéines et plus de zinc, elle manque d'acide dans l'estomac pour les décomposer convenablement et ainsi pouvoir les absorber pour rétablir le niveau d'acidité dans l'estomac! 

Un manque d'acidité dans l'estomac mène à toutes sortes de problèmes de santé, entre autres, la déficience en vitamine B12, qui elle peut amener un effondrement du processus de méthylation [une voie de détoxification de l'organisme], des problèmes d'absorption, un intestin perméable, une dysbiose de l'intestin, des intolérances alimentaires, une plus grande susceptibilité aux bactéries et virus du système digestif, une candidose persistante, et j'en passe.

Et donc, un faible taux de protéines, une faible acidité de l'estomac et certaines déficiences en minéraux peuvent être déduites des résultats du test de fonction hépatique (en regardant l'albumine, par exemple), en les considérant à la lumière des résultats des mesures du taux de calcium et du total protidique. Autre exemple: un taux bas de l'enzyme hépatique glutamopyruvique transaminase est associé à une déficience en zinc. Si ce résultat s'accompagne de faibles taux d'urée et d'électrolytes, le praticien y voit une confirmation et une explication d'un faible taux protidique.

Le bilan sanguin complet peut, lui aussi, fournir toutes sortes d'intéressantes informations (outre l'usuel). Par exemple, un taux bas de globules rouges, ou blancs, peut indiquer un problème d'absorption et éventuellement, une malnutrition. Mesurer la grosseur et le contenu en hémoglobine du sang peut nous dire si nous souffrons de déficience en vitamine B12 ou en acide folique [vitamine B9], ou encore, d'une déficience en fer (tout dépendant si les niveaux mesurés sont élevés ou bas).

L'oeil averti du praticien peut déduire toutes sortes de déséquilibres à partir des résultats de ces quelques tests, certains évidents (comme un manque de sodium via le test d'électrolytes) et d'autres moins évidents (comme une pression artérielle basse peut indiquer, indirectement, un manque de sodium).

Spécialement utile au végétarien/végétalien, l'analyse de la glycémie pourrait lui indiquer qu'il consomme trop de sucres et d'amidons (pour lui). Le praticien de médecine fonctionnelle le déduira d'un taux élevé de glucose dans le sang, mais aussi d'un taux élevé de triglycérides (à partir du profil lipidique). L'excès de sucre est converti en lipides, et peut ainsi être repéré par un niveau élevé de triglycérides dans le sang. La science actuelle a prouvé que des niveaux élevés de cholestérol et autres lipides tendent à être le résultat d'un métabolisme défaillant ou d'une alimentation trop riche en glucides plutôt qu'à une alimentation trop grasse.

Il est important de savoir qu'un niveau très bas et le contraire, un niveau très élevé, de cholestérol (et des autres lipides) peuvent être tout aussi problématiques. Une alimentation très faible en gras (comme les approches fruitarienne, frugivore et 80-10-10) peuvent créer une accumulation de toxines dans l'organisme. Une majorité des toxines dans le corps étant liposolubles [se dissolvent dans le gras], il est crucial d'avoir un approvisionnement adéquat en lipides de qualité pour en assurer l'évacuation.

Les tests fonctionnels ci-dessus peuvent aussi servir à déterminer si la personne souffre d'une intoxication aux métaux lourds, de problèmes au niveau de la méthylation [liée à la détoxification], des problèmes de glandes surrénales, des déséquilibres de la grande thyroïde, de l'inflammation et bien plus. Écrire tout ce qu'on peut apprendre de ces tests fonctionnels serait bien trop long.

Micro et macro-nutriments

Certains tests importants pour l'amateur d'alimentation vivante ne sont pas offerts en médecine conventionnelle. Par exemple, le magnésium. Le taux sérique tend à rester bon même s'il y a déficience relative ailleurs dans le corps. Il vous faudra donc faire des recherches et trouver les ressources fiables près de chez vous. J'aimerais pouvoir vous offrir une liste, mais encore une fois, c'est impossible étant donné les contraintes et les différents réglementations d'un pays à l'autre.

Une façon assez simple d'obtenir une image plus exacte de votre statut en minéraux consiste à obtenir une analyse minérale de cheveux ou une analyse érythrocytaire [analyse des globules rouges]. Une analyse minérale de cheveux, aussi bizarre que ça puisse sembler, nous donne une image de ce qui s'est produit au niveau alimentaire dans les trois derniers mois. [Les minéraux prennent trois mois à s'accumuler dans le cheveu.] Dans cette analyse de vos cheveux, le praticien peut détecter une intoxication aux métaux lourds (mercure, arsenic, aluminium, plomb, cadmium).

Il est intéressant aussi d'obtenir un bilan vitaminique (qui exige une prise de sang). Vous voudrez alors savoir votre taux sérique de vitamine D (surtout si vous êtes strictement végétalien et/ou ne passez pas suffisamment de temps exposé au soleil). Sachant qu'une déficience en vitamine D est associée aux problèmes cardiaques, à plusieurs cancers, au diabète, aux désordres du système immunitaire, à la dépression, à l'ostéoporose, à la fibromyalgie et à d'autres maladies. Considérant aussi qu'en hiver, il est plus difficile d'obtenir suffisamment de vitamine D, il est utile de vérifier que vous en obtenez bien suffisamment.

Si vous ne consommez que très peu de grains céréaliers (comme il arrive souvent chez les amateurs d'alimentation vivante), il peut être intéressant de faire vérifier vos taux de vitamines du complexe B. Sans produits carnés ni grains céréaliers, il est plus facile d'en manquer.

Même si vous croyez dur comme fer que vous obtenez suffisamment de tel ou tel nutriment (macro- ou micro-nutriment), il peut être intéressant de vérifier s'il en est réellement ainsi, de temps à autre [disons annuellement]. Beaucoup de gens sont abasourdis de constater qu'ils manquent de tel ou tel nutriment qu'ils consomment, ou pensent consommer, en abondance. Parfois, en effet, nous pouvons consommer une quantité adéquate d'un tel nutriment, mais c'est l'assimilation qui fait défaut, ou encore, la réserve est utilisée plus rapidement que ce que nous pouvons consommer. Un grand stress, par exemple, peut occasionner une chute drastique de la production d'acide au niveau de l'estomac et d'enzymes au niveau du pancréas, nuisant à l'assimilation de plusieurs vitamines et minéraux. Ce même excès de stress pousse l'organisme à « brûler » les vitamines du complexe B et le magnésium plus rapidement et en plus grandes quantités qu'il ne le ferait ordinairement.

Une analyse d'urine peut vous offrir d'intéressantes données aussi, tant au niveau des vitamines, des minéraux que de plusieurs co-facteurs. On peut y trouver des informations au sujet de la fonction gastrique, de la digestion, du métabolisme et des déficiences nutritionnelles en général. On peut aussi y évaluer nos réserves d'antioxydants et le stress oxydatif auquel nous sommes exposés.

On dit que l'information, c'est le pouvoir. L'information dans ce cas-ci, c'est l'analyse qu'un praticien compétent fait des résultats des tests fonctionnels mentionnés ci-dessus. Le pouvoir, c'est celui de prendre des décisions éclairées en matière de santé, basées sur des faits avérés, et non sur la conjecture.

Bises factuelles,
Sheryl-Anne xx