Oh! Mégas bienfaits des oméga-3

Graines de lin brun et doréVous avez certainement entendu parler des acides gras essentiels oméga-3: ils reçoivent plus que leur lot de publicité de nos jours! Tristement, lorsqu'on en parle, c'est trop souvent pour tenter de vendre un supplément (ou un aliment commercial auquel on en aurait ajouté).

Les oméga-3 font partie d'une plus grande famille de lipides connues sous le nom de acides gras polyinsaturés. Une caractéristique unique de leur structure chimique (les doubles liaisons et la position spécifique de celles-ci) les rendant particulièrement flexibles et interactifs, est à l'origine de l'attention qu'on leur porte. Cette particularité les rend aussi plus délicats et susceptibles aux dommages.

L'acide alpha-linolénique (ALA) est un type d'oméga-3 présent dans les plantes. Il est très semblable aux oméga-3 qu'on retrouve dans les algues, l'acide eicosapentanoïque (EPA) et l'acide docosahexanoïque (DHA). Le corps humain peut, de façon efficace, transformer l'ALA en EPA et en DHA.

Beaucoup de personnes croient encore que la meilleure source d'acides gras essentiels (dont les fameux oméga-3) est le poisson. Leur contenu élevé en gras et en cholestérol, leur manque de fibre alimentaire, et les toxines qu'ils concentrent (mercure, PCB, dioxines, pesticides, produits pharmaceutiques et autres polluants) font des animaux aquatiques de piètres choix-santé.

Les poissons ne sont pas essentiels à une alimentation optimale

Les huiles de poisson, qu'on nous vend à grand renfort publicitaire, ne contiendraient, selon T. Fischer, un éducateur oeuvrant au Hippocrates Health Institute, que 2% d'EPA, en plus d'abriter des molécules fort instables qui, en se décomposant, libèrent de dangereux radicaux libres.

Saviez-vous que les poissons ne manufacturent pas les acides gras dans leur corps mais les extraient de leur alimentation? Hé oui!

Les poissons obtiennent leurs oméga-3 des micro-algues

En consommant des algues marines, et des micro-algues, il est donc possible pour l'amateur d'alimentation vivante d'obtenir les EPA et DHA directement de la source, sans les à-côtés indésirables.

La science nutritionnelle actuelle a prouvé à maintes reprises qu'un apport excessif en lipides de source animale est fortement lié à une augmentation des maladies chroniques.

Les micro-algues ne contiennent pas de fortes concentrations d'ALA mais sont très riches en DHA. [L'huile de micro-algues contiendrait environ 250 fois plus de DHA, par unité, que l'huile de poisson!] Les micro-algues sont donc d'excellentes sources d'acides gras essentiels, principalement parce que l'équilibre entre DHA et EPA est optimal, et que le corps humain s'en sert directement sans avoir à les convertir, comme il doit le faire pour d'autres formes d'oméga-3.

Pourquoi avons-nous besoin d'acides gras?

spiruline Le système nerveux contient beaucoup d'acides gras. Un manque d'EPA pourrait ainsi contribuer à l'apparition de certains problèmes de santé comme l'Alzheimer et les désordres convulsifs.

Mais le rôle des acides gras ne s'arrête pas là! La molécule que nous connaissons sous l'acronyme EPA est en fait la molécule « parentale » [maman ou papa, comme vous voulez!] qui modère les effets pro-inflammatoires de l'acide arachidonique présent dans les arachides, la viande et les produits de source animale. En fait, une génération entière de médicaments anti-inflammatoires (connue sous l'appellation COX-2, cyclo-oxygénase-2) a été créée afin de bloquer la synthèse des éicosanoïdes inflammatoires. Ajouter une abondante source végétale d'EPA est une méthode naturelle et efficace de contrôler les processus inflammatoires du corps humain.

Pour résumer, les principales fonctions des acides gras essentiels sont:

  • Fournir un support structural à l'extérieur des membranes et aux cellules
  • Aider à convertir les nutriments en énergie utilisable
  • Faciliter l'action des mitochondries [corpuscules responsables de la production d'énergie à l'intérieur des cellules]
  • Assister à la communication inter-cellulaire
  • Faciliter le passage des nutriments du sang aux cellules, au travers les membranes cellulaires
  • Faciliter le passage des substances de l'intérieur des cellules vers le sang
  • Aider à la fabrication des globules rouges
  • Diminuer l'inflammation
  • Diminuer le taux de triglycérides dans le sang
  • Réduire l'agglutination des composantes du sang
  • Augmenter le bon cholestérol (HDL)
  • Diminuer les arythmies cardiaques [battements irréguliers du coeur]
  • Diminuer la pression sanguine
  • Améliorer l'action de l'insuline
  • Protéger de l'oxydation
  • Aider à prévenir la cardiopathie ischémique [maladie du coeur qui en réduit l'irrigation]
  • Aider à contrôler les symptômes prémenstruels (SPM)


Déficiences en acides gras essentiels

chia blanc et noirLes problèmes de santé liés aux acides gras, qui sont non seulement importants mais aussi indispensables, sont principalement dus aux habitudes modernes de consommer une large proportion, si ce n'est exclusivement, des aliments raffinés et commercialement préparés contenant des gras dénaturés, combinées à une très faible consommation de légumes, d'algues, et de noix/graines.

La restriction à long-terme en acides gras essentiels (EFA) a été lié à plusieurs problèmes de santé dont les troubles cardiovasculaires, le diabète, certaines maladies génétiques (comme la fibrose kystique) et des désordres auto-inflammatoires (comme la sclérose en plaques et l'arthrite rhumatoïde). Une déficience en EPA est associée aussi au cancer, au vieillissement prématuré, aux désordres immunitaires.

Lorsqu'on augmente l'apport en acides gras essentiels, surtout EPA et DHA, on a remarqué une amélioration significative des troubles de déficit d'attention et d'hyperactivité, des troubles d'apprentissage et des problèmes d'habiletés cognitives.

Au cours de la grossesse et de l'allaitement, une prise adéquate de DHA et EPA est particulièrement importante. Au cours de ce temps, la mère doit fournir à son nourrisson tous les acides gras essentiels parce que ce dernier est incapable de les fabriquer lui-même. Le cortex cérébral humain est constitué de 15 à 20% de DHA; la rétine de l'oeil, entre 30 et 60%. Il est donc impératif, pour la santé de l'enfant, qu'il obtienne suffisamment d'acides gras essentiels. Et pour maman, il est crucial de consommer plus d'acides gras essentiels au cours de sa grossesse, puisque toute réserve corporelle ira à l'enfant en priorité. S'il n'y en a pas suffisamment pour combler les besoins et de maman et du bébé, c'est maman qui souffrira!

Des recherches récentes ont démontré que les mamans qui obtiennent suffisamment de EFA au cours de leur grossesse et durant l'allaitement ont des enfants plus intelligents (mesuré par le QI, quotient intellectuel) et ont un meilleur développement cognitif.

D'où proviennent les oméga-3?

Les meilleures sources végétales d'acides gras essentiels sont:

  • algues
  • AFA (algue d'eau douce; nom latin: Aphanizomenon flos-aquae)
  • graines de chanvre
  • graines de chia
  • graines de lin moulues
  • micro-algues
  • noix de Grenoble

Bises essentielles,

Sheryl-Anne xx

----------------
Références:

Al, M.D.; van Houwelingen, A.C.; Kester, A.D.; et al. “Maternal essential fatty acid patterns during normal pregnancy and their relationship to the neonatal essential fatty acid status.” Br. J. Nutr. 1995; 74(1):55-68.

Amminger, G.P.; Berger, G.E.; Schafer, M.R.; et al. “Omega-3 fatty acids supplementation in children with autism: a double-blind randomized, placebo-controlled pilot study.” Biol. Psychiatry. 2007; 61(4):551-553.

Birch, E.E.; Garfield, S.; Castaneda, Y.; et al. “Visual acuity and cognitive outcomes at 4 years of age in a double-blind, randomized trial of longchain polyunsaturated fatty acid-supplemented infant formula.” Early Hum. Dev. 2007; 83(5):279-284.

Cohen, J.T.; Bellinger, D.C.; Connor, W.E.; et al. “A quantitative analysis of prenatal intake of n-3 polyun- saturated fatty acids and cognitive development.” Am. J. Prev. Med. 2005; 29(4):366-374.

Cyhlarova, E.; Bell, J.G.; Dick, J.R.; et al. “Membrane fatty acids, reading and spelling in dyslexic and non-dyslexic adults.” Eur. Neuropsychopharmacol. 2007; 17(2):116-121.
Ferguson, L.R.; Philpott, M. “Cancer prevention by dietary bioactive components that target the im- mune response.’ Curr. Cancer Drug Targets. 2007; 7(5):459-464.

Freeman, M.P.; Hibbeln, J.R.; Wisner, K.L..; et al. “Omega-3 fatty acids: evidence basis for treatment and future research in psychiatry.” J. Clin. Psychiatry. 2006; 67(12):1954-1967. Freemantle, E.; Vandal, M.; Tremblay-Mercier, J.; et al. “Omega-3 fatty acids, energy substrates, and brain function during aging. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids.” 2006; 75(3):213-220.

Ghebremeskel, K.; Crawford, M.A.; Lowy, C.; et al. “Arachidonic and docosahexaenoic acids are strongly associated in maternal and neonatal blood.” Eur. J. Clin. Nutr. 2000; 54(1):50-56.

Green, P., Glozman, S.; Kamensky, B.; et al. “Developmental changes in rat brain membrane lipids and fatty acids. The preferential prenatal accumulation of docosahexaenoic acid.” J. Lipid Res. 1999; 40(5):960-966. Harris, W.S.; Poston, W.C.; Haddock, C.K.. “Tissue n-3 and n-6 fatty acids and risk for coronary heart disease events. Atherosclerosis.” 2007; 193(1):1-10.

Hibbeln, J.R.” Seafood consumption, the DHA content of mothers’ milk and prevalence rates of postpartum depression: a cross-national, ecological analysis.” PG. J. Affect Disord. 2002; 69(1-3).

Mercola (site web), http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2010/10/16/ rudi-moerck-on-fish-oil.aspx

Nair, S.S.; Leitch, J.W.; Falconer, J.; et al. “Prevention of cardiac arrhythmia by dietary (n-3) polyunsatu- rated fatty acids and their mechanism of action.” J. Nutr.. 1997; 127(3):383-393.

Portwood, M.M. “The role of dietary fatty acids in children’s behavior and learning.” Nutr. Health. 2006; 18(3):233-247. Richardson, A.J. “Omega-3 fatty acids in ADHD and related neurodevelopmental disorders.” Int. Rev. Psychiatry. 2006; 18(2):155-172.

Richardson, A.J.; Montgomery, P. “The Oxford-Durham study: a randomized, controlled trial of dietary supplementation with fatty acids in children with developmental coordination disorder.” Pediatrics. 2005; 115(5):1360-1366.
Sinn, N.; Bryan, J. “Effect of supplementation with polyunsaturated fatty acids and micronutrients on learning and behavior problems associated with child ADHD.” J. Dev. Behav. Pediatr. 2007; 28(2):82-91.

Whalley, L.J.; Fox, H.C.; Wahle, K.W.; et al. “Cognitive aging, childhood intelligence, and the use of food supplements: possible involvement of n-3 fatty acids.” Am. J. Clin. Nutr. 2004; 80(6):1650-1657.