L'Évolution des diètes

ÉvolutionMon rôle de coach en alimentation vivante m'offre une perspective unique sur la façon que les gens ont de se nourrir, comment ils considèrent les aliments qu'ils consomment et l'influence particulière que leurs points de vue ont sur leurs résultats (par exemple, sur leur bien-être, santé, énergie, ou longévité).

L'Évolution des diètes est une vision Intégrale des diverses approches modernes à la diététique, à la nutrition et à la santé. 

La présente réflexion fait suite à près de 30 ans d'observation, de recherche et d'expérience dans le domaine de l'alimentation. Elle prend racine dans la Théorie Intégrale. [La Théorie Intégrale est une approche à la fois élégante et méthodique, exhaustive et détaillée, permettant de percevoir, d'analyser, de comprendre, et de faire l'expérience du monde, de la vie et des personnes d'une façon véritablement holistique, incluant tous les points de vue.]

Dans notre société moderne occidentale, la plupart des gens sont « tout mélangés », perdus dans un tourbillon incessant de simili-aliments, vantés par une cohorte toujours plus colorée et bruyante de personnages sensationnalistes. Ce que les gens prennent à tort pour de la nourriture est en fait un mélange explosif d'excitotoxines, de saveurs artificielles savamment créées pour hyper-stimuler notre biochimie humaine, bouffe commercialisée par des agences publicitaires qui n'hésitent pas à allier hyper-sexualisation et images corporelles irréalistes, encouragées par une pseudo-science réductionniste et conflictuelle, professant tantôt les mérites de certains aliments, tantôt ceux de certains styles de vie, quand ce n'est pas l'inéluctable fatalité de notre patrimoine génétique, sur notre santé.

Tristement, nous vivons dans une monde inculte d'approches sectaires, divergentes et conflictuelles à l'alimentation, à la nutrition, à la médecine, et à la santé holistique. Nous avons grand besoin d'une cartographie holistique, globale et exhaustive, avec des points de repères plus fondamentaux, et d'un véhicule qui nous permette de naviguer ce territoire.

Une vision de l'évolution des approches à l'alimentation

Si vous considérez les diverses diètes (diète est pris ici dans le sens d'approche alimentaire) et régimes, et leurs porte-paroles respectifs, vous vous retrouvez devant une étourdissante kyrielle de permutations possibles à quelque chose de très fondamental (le fait de manger) — la plupart n'offrant qu'une vision « sectorielle », très partielle, de l'ensemble, et aucune n'offrant la moindre aide à l'intégration plus complète de tous ces modèles en une perspective plus globale. C'est le piège du réductionnisme endémique au monde scientifique, et particulièrement évident en nutrition.

Se retrouvant ainsi sans cartographie utile du « territoire alimentaire », une personne peut errer des années, voire des décennies, dans cette « terre diététique » inculte, sans jamais y développer une compréhension plus approfondie du chemin à effectuer le long de l'Évolution des diètes afin de transcender ses propres défis-santé et ainsi, de créer toujours plus d'ordre et de profondeur en tant que holon, ce qui engendre un tout harmonieusement intégré et organisé des aspects positifs des approches de plus bas niveaux. [Un holon est un système qui est à la fois complet en lui-même et à la fois partiel, qui est entier et fonctionne de lui-même, et qui fait partie d'un tout plus grand, plus complexe. Ici, holon fait référence à l'être humain.]

Chaque diète existante s'inscrit principalement dans un stade particulier, ou niveau, de l'Évolution des diètes.

La plupart des diètes et leurs adeptes font l'une de deux choses: soit ils vantent les aspects idéalisés les plus positifs de leur propre niveau, soit ils cautionnent la modération face aux niveaux inférieurs au leur. En fait, nous devrions plutôt penser en termes de « centre de gravité de l'adepte », c'est-à-dire, là où l'individu vit véritablement, au jour le jour (par opposition aux situations extrêmes que sont « la diète parfaite » ou, son contraire, « la triche »).

Comme vous le savez peut-être déjà, lorsqu'il est question de prévention des maladies, ou encore de renversement et de guérison de divers défis-santé, la compréhension conventionnelle de la modération, avec son attirant simulacre d'équilibre intelligent, est tout sauf prudence et sagesse, mais tient plus du développement atrophié, du réductionnisme, et d'absolutisme de quadrant. [Dans la Théorie Intégrale, un quadrant est une façon spécifique de considérer un certain sujet: intérieur-individuel, intérieur-collectif, extérieur-individuel, extérieur-collectif.]

Même les approches dites holistiques ne comprennent ni ne tiennent compte des divers stades et états du développement intérieur personnel de l'individu et du niveau de développement collectif de celui-ci (comme, par exemple, son stade de développement cognitif, ou moral, ou interpersonnel; ou encore sa vision du monde; ou même son échelle de valeurs).

L'Évolution des diètes suit la progression suivante:

Malbouffe ⇢ Bouffe rapide ⇢ Diète moderne ⇢ Aliments entiers ⇢ Végétarisme ⇢ Végétalisme ⇢ Crudivégétalisme (Crudivorisme) ⇢ Alimentation vivante Intégrale

Une hiérarchie de croissance

L'Évolution des diètes peut être comprise fonctionnellement comme une hiérarchie de développement diététique, un continuum, allant des aliments ayant peu ou pas du tout de force vitale jusqu'aux aliments débordants de force vitale. Chaque stade, chaque échelon, apporte son propre complément de bénéfices perçus autant intérieurement qu'extérieurement par les individus comme par les collectivités. Par exemple, la malbouffe apporte du plaisir à ses adeptes; la bouffe-rapide, l'efficacité; la diète nord-américaine, la communauté; les aliments entiers, la nutrition; le végétarisme, la bonté; le végétalisme, la compassion; le crudivégétalisme, la vitalité et la vie; et finalement, l'alimentation vivante Intégrale, l'inclusion et une approche Intégrale.

En gravissant les divers échelons de l'Évolution des diètes, il est important de ne pas tout rejeter en bloc ce qui est « de stades inférieurs », mais plutôt d'inclure les aspects positifs de chacune des pratiques diététiques de niveaux inférieurs. Votre alimentation ne se résume pas à la dernière indiscrétion alimentaire... Tout ce que vous faites, au niveau alimentaire, a une raison et une signification que vous pouvez mettre au service de vos objectifs, et ceux d'autrui, pour le reste de votre vie.

Il est possible de voir présentement, dans notre société, à peu près tous les échelons de cette hiérarchie s'exprimer simultanément, de la malbouffe à l'alimentation vivante Intégrale, en passant par certaines pratiques de vie comme la détoxification (par exemple, grâce au Festin de jus).

L'Évolution des diètes est donc un outil utile, qui aide à évaluer l'approche nutritionnelle des adeptes, ou même des experts, qui désirent guérir certaines conditions spécifiques, qu'elles soient individuelles (héritage génétique ou épigénétique) ou collectives (pandémie nord-américaine de diabète, de cancers...).

Chacun a son centre de gravité à quelque part sur l'échelle de l'Évolution des diètes.

L'Évolution des diètes nous permet de voir, rapidement, les avantages ou les bénéfices d'une certaine alimentation et, tout aussi important, il permet de voir les limitations par rapport aux objectifs-santé de la personne, dans chacun des quadrants, lignes, niveaux, stades et types. [Pour une explication brève de la Théorie Intégrale, qui explique ce que sont ces quadrants, lignes, niveaux, stades et types, vous pouvez consulter cette entrée sur Wikipédia.]

L'alimentation en tant que continuum

La ligne de développement nutritionnel se décline comme une progression de stades, impliquant un passage allant de « moi » (l'individu seul) à « nous » et allant éventuellement à « nous tous ». [Pour ceux qui s'y connaissent en développement personnel, vous constatez ici que l'évolution du développement nutritionnel ne suit pas le parcours habituel. C'est que dans le cas des stades diététiques, tout le monde ne commence pas au premier échelon, soit au stade 1.]

Traiter la nutrition comme une ligne de développement a plusieurs avantages.

Chaque stade de l'Évolution des diètes implique l'inclusion et la transcendance, le sujet d'un stade devenant l'objet du stade suivant, et interprétant successivement chacun des quatre facteurs de transformation verticale (Épanouissement, Dissonance, Perspicacité, Ouverture).

Si nous considérons l'alimentation dans un cadre plus grand, celui de l'Évolution spirituelle de la personne (débutant à la matière, passant ensuite au corps, puis à l'esprit & à l'âme, puis à la spiritualité), nous percevons aisément que l'aliment est plus fondamental à la croissance aux niveaux plus élevés et au développement des stades supérieurs de conscience. Si le développement nutritionnel n'est pas considéré, celui-ci peut agir comme une « pathologie de stade de développement » et ainsi freiner la croissance aux niveaux plus élevés.

Présentement, l'orientation de la majorité en rapport avec la diète et la nutrition est de type translatif [Rends-moi heureux en comblant mes fringales et envies alimentaires.] plutôt que de type transformationnel [Aide-moi à développer ma santé Intégrale.]. La santé est, à n'en point douter, une « habileté » plutôt qu'un « état statique ». La santé est l'habileté que possède une personne à restaurer et à maintenir l'ordre dans son organisme, et non seulement une apparence toute extérieure de bien-être.

Une approche diététique (ou alimentaire) qui honore la profondeur de chacun des quadrants du modèle AQAL [individuel, collectif, intérieur, extérieur] et qui tient compte de l'évolution des autres lignes de développement, leurs stades, états et types, est ce que j'appelle une « Alimentation vivante Intégrale » (ou, alternativement, Alimentation vivante intégrée, ou encore, Nutrition Intégrale).

Considérons, pour un instant, l'alimentation d'une personne en termes de « profondeur nutritionnelle » [qualité & variété des nutriments présents] et « d'étendue calorique » [quantité d'énergie fournie mesurée en calories]. Ces deux éléments nous sont utiles dans la mesure de la « densité nutritionnelle » [mesure de la qualité nutritive]. La diète nord-américaine typique souffre d'un flagrant excès d'étendue calorique et, concurremment, d'une triste insuffisance de profondeur nutritionnelle. En d'autres mots, trop de calories vides (sans valeur nutritive, excès de calories sans vitamines, minéraux et phytonutriments accompagnateurs), ce qui nous permet d'affirmer que cette alimentation possède une densité nutritionnelle faible.

Plus nous gravissons les échelons de l'Évolution des diètes, plus l'étendue calorique est équilibrée et plus la profondeur nutritionnelle est grande (et plus grande est la densité nutritionnelle).

Le « plat terrain » nutritionnel qui domine notre société nord-américaine est « réductionniste de l'extérieur » (ne considère que le côté extérieur, visible, des choses). Il est apparu avec l'époque moderne (ou, si vous préférez, avec le matérialisme scientifique qui se concentre exclusivement sur ce qui est quantifiable, mesurable, visible, et ne tient aucunement compte des aspects plus immatériels, difficiles à mesurer et à prouver tangiblement, que sont l'intérieur de l'individu et l'intérieur de la collectivité, et encore moins de systèmes complets/complexes).

La Loi de la complexité et de la conscience

Les aliments qui possèdent une grande profondeur nutritionnelle (qui sont de profonds holons eux-mêmes), et qui sont maintenus dans cet état au travers leur croissance, leur transport et leur préparation, maintiendront l'ordre au sein de l'holon humain.

La Loi de la complexité et de la conscience fait partie intégrante de la nourriture et de ses effets sur le développement humain, incluant les stades de conscience. Cette Loi explique le déploiement de l'évolution qui s'opère au niveau du Kosmos. Plus un système devient complexe, plus la quantité de conscience derrière le développement de celui-ci est élevé, et plus son comportement conscientisé s'élève aussi, vers des niveaux d'être et de connaissance supérieurs. Pour illustrer, imaginez une cellule. Une cellule, c'est merveilleux, c'est complexe, c'est complet. Un groupe de cellules, organisé en un foie, par exemple, c'est encore plus merveilleux, plus complexe et complet en soi, plus conscient, plus connaissant. Un foie utilisé par un être humain pour atteindre des niveaux de conscience et de connaissance supérieurs, ça, c'est encore plus merveilleux encore (plus complexe et complet encore!)! Alors, de toute évidence, plus notre nourriture est « profonde » (nutritivement parlant), plus elle contient de « conscience », et plus elle a le potentiel de développer la conscience, l'esprit, de celui qui la consomme.

Côté lumière et... côté obscur!

Chaque échelon de l'Évolution des diètes abrite un potentiel de pathologies, spectres alimentaires, et/ou voix alimentaires reniées.

De grandes capacités pour l'accumulation de connaissances et de conscience de soi, combinées à un narcissisme galopant font que beaucoup de gens se tournent vers leurs assiettes comme moyen d'auto-gratification, comme façon de se témoigner de l'amour à soi, au détriment d'en témoigner aux autres. [Je sais que ça peut paraître dur comme propos. En fait, ça ne l'est pas du tout: simplement un reflet d'une société où la priorité ne va plus à l'humain.]

Chaque adepte non-pathologique exprime la vérité (sa vérité) selon là où il se situe sur l'échelle de l'Évolution des diètes.

L'Évolution des diètes, parce qu'elle préconise une méthodologie Intégrale pluraliste, sert à la fois comme séquence de développement et comme méthodologie critique incluant toutes les approches diététiques du monde actuel. Elle nous aide à comprendre la multiplicité des méthodologies diététiques, leur place dans le cheminement alimentaire de l'espèce humaine, et conséquemment, là où chacun est dans le droit, là où il est partiel et confus, et là où il se trompe carrément.

Influence du type masculin ou féminin

Alors que le type masculin s'octroie la liberté de manger ce que bon lui semble (une approche plutôt opportuniste), le type féminin se fond à sa nourriture (une approche qui mène à plus de déséquilibre et de désordre, mais aussi à l'autre extrême, à une plus grande conscience autour de la nourriture).

La plupart des gens, harangués par les médias populaires, ne font pas la différence entre la folie diététique pré-rationnelle (exemple: boulimie) et l'excellence diététique post-rationnelle (exemple: végétalisme informé). Ce qu'il faut, c'est une approche intégrale à la diététique qui explique et les pathologies et les bénéfices possibles à chaque échelon de l'Évolution des diètes.

Il existe, de toute évidence, des façons d'accélérer le développement nutritionnel au travers les divers stages, sans créer des pathologies de stades. Une bonne façon de s'y prendre consiste à intégrer adroitement et harmonieusement la connaissance, obtenue à la lumière de l'Évolution des diètes, dans notre pratique de vie Intégrale, ou, ce que j'appelle communément, notre style de vie santé. Toutes les formations offertes (Ateliers-virtuels ou Coaching) sur ce site peuvent vous aider à ce niveau.

L'Évolution des diètes en un coup d'oeil

Il est clair qu'un seul article ne peut couvrir complètement le vaste sujet que représente l'Évolution des diètes. J'ai, par contre, créer une synthèse graphique, résumant quelques facteurs intéressants affectés par les diverses approches à l'alimentation, que nous pouvons analyser plus complètement, comprendre plus clairement et ainsi appliquer avec un niveau plus élevé de compétence, à notre vie.

Vous noterez, dans ces deux graphiques, que l’habile intégration des niveaux inférieurs jusqu’à l'extrême droite de la limite de l’aire grisée produit les premiers résultats positifs de l’adoption d’une certaine diététique. Les lignes pointillées bleu-gris dénotent trois seuils majeurs transformationnels de l’Évolution des diètes. Et, la ligne pointillée lavande dénote un niveau maximal de flexibilité, de fluidité et de mouvement.

Les différents échelons diététiques de l'Évolution des diètes portent des noms plutôt représentatifs (à mon avis!). Par exemple, la Diète moderne (omnivore) comprend: l'alimentation typiquement nord-américaine ou européenne, et aussi les diètes méditerranéenne et toutes les variantes ethniques (chinoise, indienne, libanaise, etc.), ayurvédique, paléo, haute en protéines, faible en glucides, Zone, Montignac, Types sanguins, etc. Certaines de ces dernières peuvent tomber sous le Végétarisme ou le Végétalisme, selon qu'on y inclut ou non des produits d'origine animale.

Finalement, toutes les personnes qui partagent un échelon diététique ne sont pas forcément au même niveau. Par exemple, chez les végétaliens, certains consomment beaucoup d'aliments commerciaux raffinés, dénaturés. Bien que sans produits animaux, ce genre de diète n'est pas aussi promotrice de bienfaits qu'un végétalisme pratiqué à partir d'aliments complets, de culture biologique, cultivés localement et préparés chez soi. Même chose pour le crudivorisme (que j'appelle aussi crudivégétalisme): les approches qui mettent l'accent sur la consommation de fruits (frugivorisme, fruitarienne), par exemple, ne sont pas aussi optimales qu'une Alimentation vivante équilibrée. Donc, à l'intérieur de chaque échelon, il y a aussi de la place pour une évolution diététique.

Éventail des Diètes

Éventail des Diètes

Bises Intégralement évoluées,
Sheryl-Anne xx

Commentaires   

#1 Carole 26-07-2017 18:09
Excellent cet article!
#2 CrusineSanté 02-08-2017 14:50
Merci Carole! xx