Les rechutes... prise 2!

Enfin au sommet... pour l'instant!C'est un sujet de réflexion pratiquement sans fond: les rechutes chez les amateurs d'alimentation vivante (qui se résument souvent à manger plus d'aliments cuits que souhaité, mais qui peuvent s'étendre jusqu'à la débâcle totale du côté de la malbouffe). Pourquoi? Comment? Quand? Qui? Autant de bonnes questions qui méritent réflexion.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent les rechutes « dans le cuit » chez les crudivores [et j'inclus ici, frugivores et fruitariens]. Ici, j'examine la question sous un angle un tantinet inhabituel. J'ai déjà écrit un premier article sur le sujet, si ça vous intéresse d'aller plus à fond: Les rechutes.

Les gens viennent me voir avec toutes sortes d'histoires de rechutes: parfois ce ne sont que des écarts sporadiques, ne durant qu'un ou deux repas. Parfois, les « détours dans le cuit » s'éternisent et peuvent durer des semaines, des mois, des années. Qu'est-ce qui peut bien expliquer qu'une personne abandonne de plein gré une alimentation qui pourtant lui apportait tant de bienfaits? Ah! Voilà la question...

Ce qui vous motivait

La réponse a souvent à voir avec ce qui vous motivait. Les raisons pour lesquelles vous avez commencé votre cheminement en alimentation vivante ont tout simplement évoluées! Ce qui revient à dire que ce qui vous motivait il y a un an, ou six mois, n'est plus ce qui vous motive aujourd'hui. Et nous savons tous ce qui arrive à nos bonnes intentions et notre volonté si notre motivation disparaît.

Alors, nous intellectualisons: « J'ai commencé à manger cru pour maigrir, et maintenant que j'ai atteint un poids optimal, je ne veux pas engraisser. Je suis bien comme je suis et j'aime mon corps. Alors, un seul repas cuit ne me fera pas engraisser de 10lb! Juste cette fois... » Et des mois plus tard, alors que l'unique repas cuit s'est transformé en une suite interminable de repas ne contenant plus grand-chose de cru: « Mais pourquoi est-ce que je ne peux pas manger cru à temps plein comme avant? J'étais pourtant bien à ce poids. Je me sentais bien dans ma peau. Je ne comprends pas pourquoi je mange comme je le fais présentement alors que je réalise très bien que j'ai déjà commencé à reprendre du poids et à me sentir lourde et coupable. Et je connais la solution. Alors, pourquoi je ne l'applique pas? »

Avez-vous déjà eu cette « discussion » avec vous-même? Bon, il ne s'agissait peut-être pas d'atteindre le poids-santé. Peut-être, dans votre cas, était-ce un malaise, ou une maladie, dont vous vous êtes défait grâce à l'alimentation vivante et qui revient tranquillement vous empoisonner la vie. Ou peut-être est-ce l'énergie? La vitalité? La peau éclatante? Qu'est-ce qui vous a motivé dans le temps à manger cru et qui ne vous motive plus (puisque vous ne mangez de toute évidence pas autant de cru que vous le désirez)?

Vous allez rire, mais parfois, la réponse est que nous forçons trop les choses. Nous agissons comme des ados récalcitrants qui se rebellent pour le simple fait qu'il leur est demandé d'agir en un certain sens. C'est tout. Souffrez-vous de « rebellite chronique »? Alors, il vous faut tout simplement relaxer. Relâchez les rênes et laissez les choses évoluer naturellement, à leur propre rythme.

Pour d'autres, par contre, ce n'est pas cet esprit de rebellion qui les habite, mais autre chose. Pour ces personnes, c'est le travail intérieur qui manque. Les raisons antécédentes ne les motivant plus, elles doivent aller puiser dans leur moi-intérieur de nouvelles motivations, plus profondes que les précédentes. C'est un travail ardu, quelques fois, et certains répugnent à le faire. Il faut avoir l'audacité, le courage et la perspicacité de poser les vraies questions, celles qui ébranlent, celles qui nous poussent à nous regarder en face et à nous voir tels que nous sommes.

Et pour d'autres encore, c'est la mémoire qui fait défaut. Je m'explique: ils se sentent bien, et donc oublient rapidement comment mal ils se sentaient lorsqu'ils ne mangeaient pas autant de cru, ou comment malheureux ils étaient avec ce surpoids ou cette maladie (ou ce malaise). Et puisqu'ils connaissent la solution à leur malaise, ils se disent qu'ils pourront bien l'appliquer quand ils veulent. Demain. Connaître une façon de revenir à la santé les rend complaisants. Ah! la foutue procrastination...

Le renouveau de la motivation

C'est un processus continuel: aussitôt un objectif atteint, il faut mettre le cap sur le suivant sinon, c'est la stagnation. Lorsque vous sentez que ce qui vous motivait autrefois ne vous motive plus dans le présent, il vous faut remplacer vos objectifs par de nouveaux. Ah! Mais où les chercher?

Une fois atteint le poids-santé, la peau de pêche de votre jeunesse, la vitalité au quotidien, l'énergie abondante, que reste-t-il? Creusez plus loin, plus profond, plus creux. Vous y trouverez des motivations de nature spirituelle, plus centrées sur ce qui transcende le train-train quotidien, le tangible, le matériel. Vous sentirez un appel à l'authenticité, à vous brancher plus activement à la Source. Et ce niveau énergétique n'est accessible qu'avec un engagement profond, complet et à long terme à l'alimentation vivante.

Carburez au vivant et vous vibrerez à ce niveau plus élevé.

Vision haute, vision basse

Après avoir carburé au cru pendant un certain temps, vous vous rendrez compte que, de nouveau, vous semblez manquer de motivation. Sans tout abandonner, vous vous rendez bien compte qu'il commence à s'immiscer trop de cuit (plus que vous ne le désirez) dans votre alimentation. Je n'ai pas de préjugé défavorable face aux aliments cuits. Mon corps leur préfère des aliments crus, vivants et bien frais, c'est tout. Et je suis très consciente que chacun chemine selon son bon vouloir, ses goûts, ses aspirations et ses motivations. Je ne m'érige guère en juge de tout cela! Si une certaine proportion de cuit dans votre alimentation vous semble nécessaire, c'est bien comme ça pour vous. Allez-y gaiement!

Mais si vous vous rendez compte que vos motivations semblent s'évanouir après un moment, je vous recommande de regarder de plus près ce que j'appelle votre Vision haute et votre Vision basse. La nature humaine est telle que, même avec une Vision haute inspirante (un objectif, si vous voulez), vous finirez par vous installer, vivre en quelque sorte, à un niveau inférieur, juste au-dessus de votre Vision basse. Votre Vision basse est ce que vous considérez comme le minimum acceptable dans votre cas pour le moment présent.

Et si vous releviez votre Vision basse? Si vous vous mettiez comme objectif de ne pas accepter ce que vous acceptez en ce moment, mais de n'accepter rien de moins que ... (un seuil supérieur à votre minimum actuel, mais encore atteignable). Voyez-vous, votre Vision haute sert d'inspiration, de moteur vers l'avant. Elle devrait être, comme le veut l'expression anglaise, « plus grande que la Vie ». Elle devrait être quelque chose qui vous inspire vraiment à avancer, quelque chose qui vous fait bondir de joie, qui vous amène à chanter sur les toits, qui illumine votre intérieur. Mais vous ne pouvez vivre là en ce moment: c'est un objectif à atteindre. En attendant, vous avez besoin de vivre quelque part. Ce quelque part est déterminé par votre Vision basse. Alors, pourquoi ne pas en avoir une qui soit le plus haut possible?

Asseyez-vous silencieusement et dans un lieu calme et visualisez votre Vision basse, telle qu'elle est présentement. Quel est le minimum que vous considérez actuellement comme acceptable? Maintenant, convainquez-vous que la barre doit être rehaussée, que vous n'accepterez rien de moins que... (et dites ce que c'est). Votre inconscient s'alignera avec cette nouvelle Vision basse et vous verrez qu'en peu de temps, vous vivrez à un niveau plus élevé qu'avant, tout en ayant votre Vision haute bien en vue!

Méditez sur le fait que votre alimentation vivante est le reflet à la fois de votre Vision basse et de votre Vision haute. Pensez-y. C'est franchement fantastique!

Bises hautes,

Sheryl-Anne xx

Commentaires   

#6 Danielle Vibert 18-03-2017 10:31
Chère Sheryl,

J'admire le travail que tu fais pour nous aider à dépasser nos états inférieurs.

UN GROS MERCI!
#7 CrusineSanté 18-03-2017 13:14
Avec plaisir, Danielle! xx