Faiblesse alimentaire

Faiblesse alimentaireEst-ce que ça vous arrive? Vous adorez l'alimentation vivante, et vous mangez majoritairement ou tout cru à la maison. Mais dès que se présente une occasion d'aller au resto ou de manger à l'extérieur... c'est la débâcle! Vous vous sentez défaillir, vous êtes tenté par toutes sortes de mets que vous vous interdisez habituellement et finissez par faire des choix alimentaires que vous regrettez après-coup. Et là, pour compenser, vous devenez extra strict pendant quelques semaines... Pour éventuellement cafouiller de nouveau et manger n'importe quoi!

Ça vous arrive? Si vous saviez le nombre de fois que je vois ce genre de situation en tant que coach en alimentation vivante! Je le vois dans d'innombrables courriels qu'on me fait parvenir. Je le vois sur les réseaux sociaux. C'est ce que j'appelle: la faiblesse alimentaire, qui se résume simplement à ne pas se tenir à ses objectifs-santé, pour mille et une raisons [ou devrai-je dire, excuses?].

Si c'est votre cas, vous souffrez d'extrémisme alimentaire, vous servant de l'auto-flagellation et de la rigidité comme motivation. Ces stratégies sont inutilement pénibles et, de toute évidence, fort peu effectives. Je recommande, lorsqu'on me demande mon aide à ce sujet, de se concentrer sur autre chose que le contenu de l'assiette, un point de mire différent en quelque sorte, jusqu'à ce que l'équilibre et stabilité en alimentation vivante aient été retrouvées.

Tout d'abord, établissez clairement votre objectif et votre raison de poursuivre cet objectif. Le désir carbure la manifestation. Le désir, combiné à la passion, font vraiment bouger les choses. Renouez avec ce désir passionnel: faites-en le sujet de votre conversation intérieure et d'affirmations. De plus, pour le solidifier et lui donner véritablement vie, parlez-en autour de vous. Recadrez cet objectif dans le domaine des choix fondamentaux. Les choix fondamentaux sont, entre autres, d'être en santé, d'être bien dans votre peau, d'avoir une longévité optimale, d'avoir des relations amicales, familiales et professionnelles édifiantes et positives, d'être serein. Si vous ne cadrez pas vos objectifs-santé dans le domaine des choix fondamentaux, votre alimentation pourra très facilement dégrader vers « ce qui me tente en ce moment précis », ce qui ouvre la porte à la fort titillante tentation. Si vous faites le choix fondamental d'être en santé, alors le fait de célébrer une promotion avec vos collègues de travail ne sera jamais en opposition avec vos choix alimentaires alignés avec vos objectifs-santé.

Peu importe ce que les autres mangent et boivent, vous êtes serein face à votre repas cru lorsque votre alimentation vivante est cadrée dans votre choix fondamental d'être en santé.

Ensuite, obtenez du soutien. Ça vous aidera à conserver la bonne perspective. N'hésitez pas à échanger avec d'autres personnes qui font la transition vers une alimentation vivante, ou vers une alimentation végétale ou même une alimentation santé. Encore mieux, trouvez des gens qui ont déjà atteint les sommets de santé, de bien-être et de longévité dont vous rêvez. La première chose à faire est d'admettre que vous avez besoin d'aide pour atteindre vos objectifs-santé. Et ensuite, organisez-vous pour obtenir ce soutien. Trouvez-vous quelqu'un avec qui cheminer en alimentation vivante, une personne que vous pourrez appeler lorsque vous êtes tenté, lorsque vous avez besoin d'inspiration ou qui peut vous appeler s'il a besoin d'aide. Il n'y a rien comme donner de l'aide pour en obtenir.

Une faiblesse alimentaire passagère, ou une auto-discipline défaillante, sont très aisément contrées par une bonne dose d'inspiration.

Et, finalement, bannissez l'extrémisme, l'auto-flagellation et la rigidité. Ces stratégies sont inutilement dures sur vous. Vous forcer à « faire ce qui est bien » en réaction à un faux-pas alimentaire est perçu comme une punition au niveau émotionnel. Cette mentalité renforce, d'une façon tordue, la tricherie. Surtout si vous êtes un tant soit peu rebelle ou indépendant d'esprit. Il est de loin plus productif et édifiant de vous récompenser pour vos bons coups. Les récompenses facilitent le changement. Utilisez-les sagement. Ne vous récompensez pas d'une « bonne semaine en alimentation vivante » par une tricherie alimentaire. C'est une mauvaise utilisation de la récompense. Vous ne récompenseriez pas votre chien de ne pas sauter sur le divan en lui permettant de sauter sur la causeuse, n'est-ce pas? Votre système de récompense devrait aussi avoir un début et une fin: lorsque faire les bons choix alimentaires devient une récompense en soi, c'est le temps d'arrêter les récompenses.

Faites de bons choix alimentaires, puis récompensez-vous par une gâterie santé, ou mieux, par quelque chose de non alimentaire (un bon livre, une balade en forêt, etc.).

Alors, allez-y! Votre objectif-santé et sa raison bien clairs en tête et connus de votre entourage, votre soutien trouvé, et votre système de récompenses établi: vous aurez tout pour manger aussi cru que vous le désirez, peu importe les situations dans lesquelles vous vous trouverez ou les tentations que vous affronterez.

Bises puissantes,
Sheryl-Anne xx

P.S.: J'aime toujours recevoir vos réflexions sur ce que j'écris. Alors, ne soyez pas timide: laissez vos commentaires, réactions, pensées, coup-de-coeur, ci-dessous. Je vous lirai avec le plus grand intérêt! xx