Discutons alimentation vivante

Parlons saladeIl existe peu de sujets aussi délicats que l'alimentation. Ce qu'une personne choisit comme style alimentaire suscite autant de polémiques, de querelles, de prises de becs et de rigidité que la religion, la politique et même la sexualité. Qui l'eût cru!

Hé bien, très peu pour moi, merci. Les tabous n'ont jamais rien servi de noble dans notre société. Alors, au contraire, parlons-en! Parlons de l'alimentation vivante et de l'alimentation crue, du crudivorisme et de ce que c'est que d'être crudivore. [Et ici, j'inclus dans le lot les approches frugivore et fruitarienne.] Levons ensemble, vous et moi, le voile de l'ignorance, des préjugés et de « l'information tordue ». Parlons-en!

Bon, nous parlons de quoi, exactement? Nous pourrions certes partir la discussion avec les diverses approches au sein de l'alimentation vivante: est-ce préférable de privilégier les fruits, ou est-ce mieux de centrer nos repas sur les légumes-feuilles, graines germées et légumes? Les graines germées et jeunes pousses sont-elles la solution à tous les maux? Le jus d'herbe de blé sauvera-t-il la planète? Et, l'alimentation gourmande vivante, elle: un non-sens ou, une option viable? Aïe! Et nous revoilà partis! Il semblerait qu'il y ait autant de discorde à l'intérieur du monde de l'alimentation vivante, qu'à l'extérieur de celui-ci. Qu'à cela ne tienne: parlons-en!

Le nouveau venu à l'alimentation vivante cherchera un consensus, des lignes directrices et un mode d'emploi qu'il doit suivre. Il n'en trouvera pas. Et c'est très bien comme ça! Tous autant que nous sommes sur notre belle planète, nous sommes tous des individus, différents les uns des autres. Nous différons de par notre physique, notre niveau d'activité, nos buts et objectifs, nos préférences, et j'en passe. Il serait complètement impossible d'en venir à une diète qui soit la bonne, la seule, l'unique et l'idéale pour tous les humains sur terre. Et si on considère en plus qu'il existe de nombreux climats différents sur la terre, rendant les aliments plus ou moins disponibles selon les saisons... On ne s'en sort pas: il faut que l'alimentation vivante soit le reflet de l'individu qui la mange, en considérant toutes ses particularités et son lieu de résidence. Dans un monde idéal, les considérations pécuniaires n'entreraient pas dans l'équation. Mais, nous le savons tous: nous sommes bien loin du monde idéal. Alors, il faut aussi tenir compte de l'argent dans nos choix alimentaires.

En attendant de trouver votre voie et de pouvoir y voir plus clair en faisant votre propre preuve expérientielle, régalez-vous de toute la variété, de l'infinie abondance et de toute la splendeur de l'alimentation vivante. Pour votre plaisir et celui de ceux qui vous entourent.

Bises discutées,

Sheryl-Anne xx