Fourchette dans une assiette verteAu fil des mes nombreuses années de recherches, de lectures, de réflexion et d'expérimentation autour de l'alimentation santé, j'en ai passé du temps à penser à la véritable nature des aliments.

Intégrer l'alimentation vivante à notre style de vie santé se fait souvent lentement, au fil de l'acquisition d'un tas de nouvelles connaissances, en plus de généreuses doses de patience, de courage, d'amour-propre. Un questionnement surgit, cependant: « Est-ce que manger toute ma nourriture crue et/ou vivante m'assure automatiquement de la santé optimale, à jamais? Si non, qu'est-ce qui vient ensuite? »

Sur mon chemin vers l'alimentation vivante, en observant diverses approches, en écoutant attentivement la rétroaction à tous les niveaux, en éduquant mon intellect et en faisant confiance à ma Sagesse innée, j'en suis venue à la conclusion que les aliments ne sont qu'une partie de l'image complète de la santé optimale.

Lire la suite...

verite fotolia 93091281Définir le mot VÉRITÉ est plutôt difficile de nos jours. Comme dans bien d'autres domaines, nous aimerions bien avoir une « pilule-miracle », une formule magique qui nous aide à établir cet élusif concept. Et, tout aussi typique de bien des choses dans la vie, atteindre ce but requiert du travail, de la patience et de la persévérance.

Notre définition de VÉRITÉ est déterminée par plusieurs facteurs: un des premiers étant le niveau de conscientisation de la personne définissant le terme. Une perception limitée donne forcément une définition limitée. La vérité, à son tour, lorsque nous lui permettons de toucher notre conscience, élargit, approfondit et affine notre perception, permettant aux vérités plus profondes de faire surface. Alors, la vérité est-elle une destination, ou plutôt un processus? Un peu des deux, comme nous allons découvrir.

Vérité fondamentale

Il y a certains concepts que la plupart des gens admettront comme vérité. L'humain naît, croît puis meurt: c'est une vérité que tout le monde admet (du moins dans le sens physique de la chose). Mais, au-delà de quelques « vérités fondamentales », le reste est plutôt de nature subjective. Nous définissions notre vérité selon nos perceptions, notre expérience personnelle de la vie.

Ma passion personnelle pour santé, le bien-être et la longévité m'a placée dans une situation unique. Le travail que je fais présentement m'offre l'opportunité d'aider les gens à la croisée des chemins, alors qu'ils cherchent un style de vie plus sain, plus naturel, plus gratifiant. Le train de vie du monde moderne a, tristement, mené les gens aux limites des tolérances du corps humain, exposant l'humanité à une kyrielle sans cesse croissante de maux, malaises et maladies. D'un autre côté, je vois bien des gens qui choisissent, en pleine conscience, de partir à la recherche d'une vérité plus grande, plus spirituelle, face à la même croisée des chemins dans leurs vies. Alors, peu importe ce qui motive la recherche de cette vérité, la peur de la mort ou la quête de sens, la voie qui mène à cette vérité nous mène immanquablement à une vie plus gratifiante.

J'imagine qu'on pourrait attribuer la perte de confiance en soi-même à la surabondance actuelle d'informations (souvent de piètre qualité). Atteindre la vérité n'en est que plus difficile dans ces circonstances. Notre société moderne encourage aux raccourcis, aux demi-vérités, aux manipulations des faits pour en arriver à une quelconque fin. En y réfléchissant, il est difficile pour beaucoup de se souvenir d'un moment où la pureté primait, des moments où ils pouvaient s'exprimer avec totale honnêteté. En grandissant, nos familles, nos amis et le système éducatif nous apprennent tous à nous conformer à cette philosophie de faux-semblant, de vie à moitié vécue. Cette façon de vivoter nous coupe littéralement l'herbe sous le pied. Les demi-vérités sont encore là, ensevelies, attendant que nous développions la conscience pour désirer les voir.

Vérité personnifiée

La vérité est un ingrédient essentiel d'une personnalité authentique. Et donc, pour y arriver, nous devons faire des pas, poser des actions, pour rétablir notre confiance en nous-mêmes. À chaque fois que nous nous investissons totalement en nous-mêmes et que nous agissons en fonction de cet engagement, nous choisissons de remplacer le doute par la confiance. C'est une étape importante afin de vivre une vie de vérité. Une fois que nous avons une base suffisante de confiance en nous-mêmes, nous pouvons partir à la quête de la vérité, et vivre avec passion. Une fois que la passion fait partie de notre vie, à part entière, seulement à ce moment pouvons-nous nous exprimer avec authenticité, avec vérité, dans tous les aspects de notre vie. Nous sommes devenus la personnification de la vérité.

À ce stade, nous représentons le véritable potentiel de l'humain à son meilleur. En vivant cette vie d'intégrité, nous récoltons des bienfaits physiologiques, psychologiques et spirituels. Nous méritons (enfin!) notre récompense: le bonheur! En vivant la vie dans le bonheur, nous nous exprimons avec le plus de compassion, le plus d'amour et le plus d'énergie possible. Ceux qui vivent à ce niveau savent que nous sommes égaux, et que personne n'est supérieur. Nous ne jugeons pas les autres, puisque le faire ne nous apporte aucune joie. Nous avons suffisamment de respect pour nous-mêmes et pour les autres pour savoir que ces jeux d'esprit sont futiles. Toute personne, toute situation, chaque acte devient alors une opportunité de partager encore plus d'amour, plus de joie, plus de bonheur.

On peut dire qu'il n'y a pas de gens exceptionnels: il y a simplement des gens qui vivent leur vérité, et d'autres qui ne la vivent pas. Nous n'avons pas de véritable pouvoir sur autrui: la seule chose que nous puissions vraiment contrôler, et influencer, est notre petite personne. Nous pouvons nous concentrer sur notre propre réalité, puis nous améliorer de jour en jour, et devenir ainsi des exemples pour les autres, quelque chose qui servirait de modèle, si jamais ceux qui nous côtoient en avaient besoin.

Il nous est inutile de tenter de convertir les autres, de les forcer à suivre une voie quelconque. La voie se révèlera à eux lorsqu'ils seront prêts à s'y engager. Tout simplement. Il est difficile dans notre monde superficiel, manipulateur, insensible, de faire preuve de suffisamment d'indépendance d'esprit pour vouloir consciemment prendre cette voie. Ça n'a pas été facile pour vous, ni pour moi, et ce ne sera pas plus facile pour les autres.

L'Histoire nous a démontré maintes et maintes fois ce qui arrive aux gens qui braquent la lumière sur des choses que les gens préfèrent le pas voir. Ces pionniers se sont vus souvent ridiculisés, attaqués, plutôt qu'épaulés. Ces braves âmes vivaient assurément dans un espace de vérité, suivant leur propre chemin, accomplissant leur propre destinée, dans une vie véritablement gratifiante.

Ce n'est pas compliqué, en fait. La formule d'une vie de vérité est fort simple. Une portion de confiance en soi, à laquelle vous ajoutez un objectif motivant et de l'engagement à toute épreuve. Et voilà, vous avez une vie de Vérité. Tout est dit.

Bises véridiques,
Sheryl-Anne xx

prise de conscienceS'il existe une erreur fréquente chez les novices en alimentation vivante, c'est de vouloir en faire trop, trop vite. Ce n'est pas forcément un défaut en soi: l'enthousiasme, l'aspect « nouveauté », et le bien-être ressenti (ou espéré) sont tous d'excellents motifs de vouloir en faire plus, plus, PLUS!

Par contre, comme j'aime rappeler à mes clients privés [et à vous aussi!], il y a un temps pour tout sous le soleil: un temps pour foncer et aller de l'avant, oui, et aussi un temps marquer une pause, pour réfléchir et pour opérer une prise de conscience.

C'est ce dont je vais parler ici, parce qu'au travers mon travail de coach depuis 2008, je perçois bien que cette étape est nécessaire et peut faire toute la différence entre réussir et... hé bien, ne pas y réussir!

Mettez de côté une petite demi-heure, sortez votre journal alimentaire (ou créez-en un), et faites l'activité de coaching qui suit. Croyez-moi, vous en sortirez avec une compréhension bien plus complète, bien plus profonde, et bien plus intégrale de votre historique et de l'allure que prendra votre cheminement en alimentation vivante. Vous augmentez ainsi énormément vos chances d'avoir une alimentation vivante qui vous soit agréable, qui réponde exactement à vos besoins, qui soit couronnée de succès, et débordante de bienfaits-santé.

Lire la suite...

Amour-propreManger cru, qui consiste à opter pour une alimentation végétalienne et sans cuisson, change plus que la qualité du contenu de l'assiette: ça amène à vouloir changer sa qualité de vie toute entière aussi. C'est totalement normal parce que l'alimentation vivante, c'est bien plus que ce qui tient dans l'assiette. Je l'ai dit souvent: c'est un style de vie à part entière, qui englobe une façon de manger, oui, mais aussi, tout le cheminement de la personne qui en résulte.

Est-ce que la transition vers l'alimentation vivante (crudivorisme) est plus aisée pour certaines personnes? Réponse courte: oui. J'ai pu constater, en coachant mes clients dans ce domaine, qu'il y a une composante essentielle à toute démarche réussie: l'Amour-propre.

C'est un aspect non négligeable: il faut s'aimer soi-même, en tant que personne unique, précieuse et digne d'amour, avant d'être en mesure de consentir l'effort nécessaire à l'atteinte de l'objectif visé, peu importe lequel.

Lire la suite...

argentCe n'est pas un secret, et j'en parle depuis un bon moment déjà: plus nous mangeons cru, plus nous détoxifions notre intérieur (à partir du niveau cellulaire jusqu'au niveau des organes et de celui des systèmes). Ce qui en étonne beaucoup qui débutent en alimentation vivante, c'est que ce nettoyage intérieur amène inévitablement un grand besoin de détoxification extérieure. C'est alors que nous commençons à vouloir, entre autres, nettoyer l'environnement immédiat à la maison [et en avant pour le Grand Ménage, les rénos et les réorganisations de pièces], à revoir certaines relations toxiques [nous tendons à être beaucoup moins tolérants de toute personne qui nuit à notre bien-être, percevant nettement jusqu'à quel point il y a incohérence entre l'acceptation de ces comportements négatifs et notre quête de mieux-être] et aussi ... à détoxifier notre relation avec l'argent (et donc avec le travail).

Discuter d'argent et d'alimentation vivante en même temps? C'est inédit! En effet, c'est une facette dont on ne parle pas, comme si ça n'existait pas. Mais, vous me connaissez: j'adore innover!

Deux voies, une motivation

De la détoxification de votre relation avec l'argent naissent deux approches, divergentes à prime abord:

Cultiver le contentement — Apprendre à vivre avec peu, souvent en fuyant tout ce qui a trait à l'argent (parce qu'il est perçu comme mauvais et la source de tous les maux), et en retrait de la société (parce qu'il est difficile de vivre le contentement avec authenticité au sein d'une société qui prône la consommation effrenée). J'adore cette voie: j'adore la dimension « simplicité volontaire » qu'elle ajoute et le lien direct que le contentement crée avec la gratitude. Par contre, il y a une autre façon de cultiver le contentement, qui permet une plus profonde opportunité de...

Cultiver la prospérité —  Vivre avec l'abondance, souvent en cherchant des façons de faire profiter à autrui de la prospérité dont nous jouissons, via la création d'une entreprise de service, les dons charitables, le bénévolat... Personnellement, mis à part tout ce que je fais gratuitement via www.CrusineSante.com et www.FemmesEntrepreneures.org (voir le post-scriptum, au bas de l'article), j'accueille plusieurs « rescapés poilus », des animaux abandonnés en besoin d'amour, d'un toit, de nourriture et, souvent, de soins. [Et, si vous avez un animal de compagnie, vous savez à quel point les soins vétérinaires sont dispendieux!] J'en profite aussi pour donner généreusement à la famille, aux amis et aux quelques banques alimentaires de ma région, du surplus de mon (trop!) grand potager. 

Bien que ce ne soit pas évident au premier coup d'oeil, ces deux voies ne sont que deux facettes d'une seule et même réalité: la quête de la liberté.

Lire la suite...

tout cuit dans l'becUn des aspects qui m'attire vers l'alimentation vivante et qui m'y garde, c'est l'ouverture qu'elle produit: ouverture d'esprit, oui, mais aussi intuition plus aigüe, perspicacité affinée, conscience approfondie, abondance, et bien entendu, énergie débordante. Ces divers types d'ouverture, lorsque perçus et vécus d'une façon positive, rendent l'existence de l'amateur d'alimentation vivante (crudivore), vraiment enchanteresse. Mais pas comme dans les contes de fées: c'est d'un tout autre type d'enchantement dont il est question ici. 

Manger tout, ou une large proportion, de ses aliments crus et vivants permet de s'aligner plus aisément sur notre passion profonde, et de vibrer à une fréquence supérieure inégalée, et inaccessible auparavant. C'est à ce niveau qu'il devient possible d'obtenir ce que nous désirons aisément, rapidement et, apparemment, par enchantement. Enchantement... Ce mot reflète sublimement bien la situation.

Lire la suite...